View Single Post
Old 12-07-2011, 06:17 PM   #67
Demetrio Cereijo
Join Date: Nov 2004
Posts: 1,919
Spain
Offline
Re: The Founder's Teaching Ability

Mark,

I think you'll find interesting the following paragraphs from an interview with Mochizuki Minoru

Quote:
Vous avez été le premier enseignant qui fit connaître l'Aïkido à l'Occident. Vous êtes, je crois, allé en France en 1951.

Oui. Juste avant de partir je rendis visite à Maître Ueshiba pour prendre congé de lui. Nous étions très proches, plutôt comme un père et un fils et il n'y avait entre nous aucune flatterie ni courbette comme c'est si souvent le cas entre un professeur et son élève. Je rentrai directement chez lui et lui dis : " Sensei, cette fois je pars en Europe. " Il me dit alors: " Ainsi, vous allez le faire. Mon rêve s'est donc réalisé. L'Aïkido va être mondialement connu après ça. " Il me semble que, trois jours avant ma visite, O-Sensei avait eu un rêve au cours duquel un kami lui avait dit que l'un de ses élèves irait bientôt en Europe et que ce voyage serait à l'origine d'un développement de l'Aïkido dans le monde entier. " Si vous y allez pour moi, alors mon rêve deviendra réalité. "

Je suis parti en Europe avant la normalisation du statut du Japon comme nation, après sa défaite à la fin de la seconde Guerre mondiale, et de ce fait, j'ai voyagé avec un passeport délivré par le Quartier Général des Forces Alliées.

J'ai passé deux ans en France, j'ai beaucoup enseigné le Judo et seulement un peu d'Aïkido. Pendant mon séjour, le Championnat Européen de Judo se déroula. Il y avait une pause de trente minutes entre les demi-finales et les finales et quelqu'un me demanda si je pouvais faire une démonstration pendant cette interruption. Je trouvai six Judokas solides et les armai tant bien que mal avec un sabre en bois, un bâton, des manches à balais et tout ce que je pus trouver. Je leur dis de m'attaquer tous ensembles et que je donnerais un prix si quelqu'un arrivait à me toucher. Je leur avais demandé d'attaquer de toute leur force et ils le firent tous les six. Je fis ilimi et " Boum boum " les projetai tous. J'ignorais qu'une compagnie américaine de cinéma, Universal Studios, avait une équipe de journalistes sur place et qu'ils avaient non seulement tout filmé mais distribué le film dans le monde entier. Après ça, les lettres et les invitations commencèrent à arriver de partout. L'Argentine, par exemple, m'offrit un poste de Directeur de l'éducation physique. Même au Japon il y eut des effets notables. Mon fils était au cinéma quand les actualités passèrent. Il cria: " Eh, c'est mon père! " Plus tard il réussit à entraîner un groupe de membres de notre famille pour revoir le film.

Un jour que nous avions une préparation intensive pour un championnat, je demandai aux élèves de venir s'entraîner aussi le Dimanche. Il m'expliquèrent que ce ne serait pas possible car ils devaient aller à la messe. J'ai été très surpris car je ne savais pas que les jeunes gens allaient à l'église. Je leur ai demandé s'ils n'étaient pas fatigués d'entendre toujours les mêmes histoires au sujet de Dieu. Ils me répondirent: " Sensei, les êtres humains sont des animaux qui n'ont pas beaucoup de mémoire; " Je pensai dans mon fors intérieur que parfois j'oubliais moi aussi l'enseignement de mon professeur et des Kamis, que je me querellais avec ma femme et mes frères. Pas de mémoires ... Je crois vraiment qu'ils avaient raison. J'avais honte de moi et je me suis mis à réfléchir à ma conduite. Nous devrions écouter plus souvent les histoires de Kami parce que nous n'avons pas de mémoire. Alors, pour la première fois, j'ai compris pourquoi KANO Sensei nous rappelait l'importance de la Voie quand il enseignait le Judo et pourquoi Ueshiba Sensei parlait souvent des Kamis pendant ses cours d'Aïkido. J'ai senti que la vraie signification des Arts martiaux se trouvait-là.

Après mon voyage en Europe, d'autres élèves de Ueshiba Sensei commencèrent à visiter des pays étranger et l'Aïkido prit une importance mondiale. Pour dire vrai, à mon retour il y a trente ans, j'ai eu quelques problèmes avec Maître Ueshiba. En le retrouvant je lui avait dit: " Je suis allé outre-mer pour faire connaître votre oeuvre et j'ai fait des compétitions avec différentes personnes quand j'étais là-bas. J'ai compris qu'il était très difficile de gagner en utilisant seulement des techniques d'Aïkido. Dans certains cas, je passais instinctivement à des mouvements de Judo ou de Kendo et cela me permettait de me sortir de situations difficiles. J'ai beau retourner le problème dans tous les sens, je suis obligé de conclure que les techniques de Daito-ryu jujutsu ne suffisent pas dans toutes les situations. Les lutteurs ne sont pas perturbés par les chutes et roulent après avoir été projetés. Ils reviennent immédiatement à la charge et utilisent des techniques de corps à corps. Quand à la boxe française, elle va bien au delà des simples techniques de pied et de main de Karate. Je suis sûr qu'à l'avenir l'Aïkido va se répandre dans le monde entier, mais si c'est le cas, il devra élargir son éventail technique pour être capable de répondre avec succès à n'importe quelle attaque.

Après avoir écouter cette diatribe O-Sensei me dit: " Tu ne parles que de gagner ou de perdre. " Je continuai très vite: " Mais il faut être fort et gagner. Maintenant que l'Aïkido est connu dans le monde entier il faut qu'il soit théoriquement et techniquement capable d'affronter n'importe quel défi. " A quoi il me rétorqua: " Toute ta façon de penser est faussée. Bien sûr qu'il ne faut pas être faible, mais ce n'est qu'un aspect du problème. Ne comprends-tu pas que nous ne sommes plus à une époque où nous pouvons seulement même parler de victoire ou de défaite ? Nous sommes entrés dans un siècle d'amour, tu n'arrives pas à comprendre ça ? " Vous auriez dû voir ses yeux pendant qu'il me parlait!

A cette époque, je n'arrivais pas à saisir complètement le sens de ses paroles mais avec le temps elles sont devenues plus claires. C'est pourquoi aujourd'hui je ressens les choses autrement. Pendant ces quatre ou cinq dernières années, nous avons vu le monde se diriger vers une guerre capable de réduire la population du globe des deux tiers. Dans une telle atmosphère comment pouvons-nous encore jouer avec ces concepts de victoire ou de défaite ? C'est pourquoi je ressens sincèrement, du plus profond de mon coeur, que les conceptions du Maître sont exactement le genre de budo que je veux promouvoir. Je crois avec passion qu'il devrait exister des mots pour faire connaître au monde d'aujourd'hui les idées et les pensées de Ueshiba Sensei. Mais il nous faut aussi des techniques comme support pédagogique de cet enseignement. Il est indispensable de pouvoir l'exprimer en mots et le réaliser en actes.

Source: http://briveyoseikanbudo.over-blog.c...-75060708.html
Bold mine.

  Reply With Quote